La FNADAC comprend 9 Groupes de travail,  chacun étant coordonné par un ou deux membres de la FNADAC ou de l’une de ses associations affiliées. Tout adhérent d’une association affiliée peut demander à rejoindre l’un ou l’autre de ces groupes de travail.

 

 

Culture et Éducation

Chloé Matty

Chloé Matty

 

Ce groupe de travail, inter-fédérations,  mobilise également des adhérents de l’Association Nationale des Directeurs de l’Éducation des Villes (ANDEV).

Né d’une convention de partenariat signée en février 2022 entre les deux associations, ce groupe de travail axe les réflexions et actions communes autour de quatre thématiques :

  • La nécessité d’une approche transversale au regard des transformations sociétale, climatique et démocratique en cours ;
  • La notion d’interconnaissance des métiers et d’échange de pratiques dans un objectif de formation croisée des agents ;
  • Une attention commune à la question de la laïcité, d’égalité des droits (chances) et d’égalité filles/garçons ;
  • L’Éducation Artistique et Culturelle (EAC), un enjeu fort des collectivités territoriales, en complément des actions de l’Éducation Nationale, dans une logique de parcours et de continuité des temps scolaires et périscolaires.

Ce dernier axe a fait l’objet d’un sondage flash en 2022, qui constituera un outil de support aux travaux de 2023.

 

 

Affaires européennes 

Crisalyne Gallet (vice présidente)

Crisalyne Gallet

 

Pascale Bonniel Chalier (personnalité qualifiée)

Pascale-Bonniel Chalier-

Comme ce fut évoqué lors des Assises nationales de Sète, les enjeux de ce groupe de travail sont de mobiliser de la compréhension et du contenu sur les deux axes suivants :

  • Mieux préparer les collectivités à appréhender les cadrages européens ;
  • Acculturer les collègues DAC aux politiques européennes, au sein de leurs collectivités respectives

Par ailleurs, en sus du projet C’Man déjà engagé (duquel la FNADAC est partenaire) il s’agira de porter un nouveau projet autour de la question d’un référentiel déontologie du métier de DAC au regard des droits culturels notamment.

À l’instar de la participation de la FNADAC au 8e congrès européen des collectivités locales, les 6 et 7 mars à Mikolajki (Pologne), l’année 2023 marquera le coup d’envoi de l’insertion de la fédération dans les réseaux européens, sous l’impulsion de ce groupe de travail.

 

 

Territoires et enseignements supérieurs

Benoît Blanc (vice-président)

Benoît Blanc

Laurence Berreur (Personnalité qualifiée)

Laurence Berreur, directrice adjointe de la FEMIS

 

Les services culturels des universités et des territoires partagent de nombreuses problématiques et se retrouvent sur un certain nombre d’enjeux qui offrent de nombreuses opportunités de collaboration en matière de diffusion de la culture, de co-productions, de formation, de débouchés professionnels ou encore de réflexion sur les politiques culturelles, le métier de DAC, son périmètre et sa reconnaissance.

C’est dans cet esprit, et dans le prolongement de la convention signée en 2022 avec l’association Art – Université – Culture (A+U+C) que ce groupe de travail a vu le jour. Les axes de ce partenariat, qu’incarne le groupe de travail inter-fédérations, sont de :

  • Contribuer à la reconnaissance mutuelle de l’action des deux associations et faciliter le partage d’informations ;
  • Construire les conditions du dialogue entre DAC territoriaux (et professions assimilées) et les responsables culturels universitaires ;
  • Assurer une veille commune sur l’évolution des métiers, des politiques publiques de la Culture et appliquer dans les territoires le dialogue entre les ministères de l’enseignement supérieur et de la Culture ;

Ses objectifs opérationnels sont de mettre en place une stratégie permettant de renforcer les coopérations entre enseignement supérieur et directions de la Culture territoriales au bénéfice des territoires, des structures d’enseignement supérieur, des étudiants et des professionnels de la culture.

 

 

 

 

Territoires et culture scientifique

Benoît Blanc (vice-président)

Benoît Blanc

Elodie Pignol

elodie pignol

En proximité du précédent, ce groupe de travail concerne la culture scientifique. À l’heure de la nécessité de conscientiser les esprits sur l’urgence climatique, sur les processus de désinformation, de discrimination, d’inégalités sociales et de genre, ils sont également de renforcer la place de la culture scientifique dans l’écosystème de la culture territoriale, sans l’opposer à la culture artistique, en dialogue avec les autres groupes de travail et sujets portés par la FNADAC : Culture et enseignement supérieur ; éducation artistique et culturelle ; culture et ruralité ; patrimoine et transition écologique ; soutiens européens des projets de culture scientifique, etc.

 

 

Communication

Sebastien Poulain (Chargé de mission communication)

Sebastien Poulain

 

Lisa TARDY Larsonneur (secrétaire adjointe de l’association ADAC IDF)

Lisa TARDY Larsonneur

Les enjeux de visibilité, de communication, sont forts dans une société de l’image où les flux ont vite fait de remplacer le sens. Parce que comprendre comment mieux communiquer pour les associations affiliées, pour la FNADAC, et entre elles, c’est aussi capitaliser des expériences facilement transférables au service des collectivités et des équipements des DAC, ce groupe de travail ambitionne d’agréger les compétences et les savoir-faire, pour les mettre au service de ses adhérents.

Outre les stratégies globales de communication, et autres plans de visibilité, c’est ici que se travaillent les interactions entre :

  • La relation aux organes de presse et aux réseaux médiatiques ;
  • Les supports de communication de la FNADAC et des associations affiliées (flyers mutualisés, pages dédiées, sites internet) ;
  • Les canaux de communication en interne (entre associations, au sein des groupes de travail, au travers du réseau social privé NOUS-ensemble, sur le relais des événements régionaux et nationaux) ;
  • Le community management des différents réseaux sociaux actuellement utilisés par la FNADAC et / ou ses associations et / ou leurs adhérents.

 

Référentiel métier / livre blanc Weka

Gilles Thorand (vice président)

Gilles Thorand

Noëlie Malamaire (DAC d’intercommunalité, PACADAC)

Noëlie Malamaire (DAC d'intercommunalité, PACADAC)

Si les 12 associations constitutives de la FNADAC se réfèrent toujours au sein de leurs propres statuts à feue la « Charte des DAC » (fondée en 2010 de pair avec la FNADAC), celle-ci est dorénavant largement obsolète, compte tenu de l’impact des différentes crises (sanitaire, climatique et géopolitique) sur l’évolution de notre société.

Dans le prolongement d’une formation/action coordonnée par notre partenaire, le CNFPT, et suivi d’un atelier de co-construction en intelligence collective, lors des assises de Sète, ce groupe a été constitué avec pour objectif la rédaction d’un nouveau référentiel.

Ce nouveau référentiel du métier de DAC intégrera les évolutions sociétales (démocratiques, culturelles, numériques, environnementales), et leurs impacts (sociaux, professionnels, économiques, etc.). Ce chantier, essentiel pour les DAC, fera l’objet d’un « livrable », un livre blanc d’une cinquantaine de pages, publié à l’été 2023, dans le cadre du partenariat avec les éditions Weka.

Réseaux professionnels

Arnaud Hamelin (Vice président)

Arnaud Hamelin

 

Mathilde Leroux-Hennard (Co-présidente ADAC GO)

Mathilde Leroux-Hennard DAC de la communauté d'agglomération Lisieux Normandie

Dans la logique énoncée au début du présent mandat de l’exécutif, la FNADAC a souhaité se rapprocher des autres corps représentatifs des métiers qui foisonnent dans le secteur des politiques publiques de la Culture : Spectacle vivant, Enseignement artistique spécialisé, Lecture publique, Conservation du patrimoine, établissements publics à coopération culturelle (EPCC) sont autant de champs, institutions, syndicats qui n’entrent pas dans les thématiques des autres groupes de travail.

Afin de pouvoir répondre aux dialogue que sollicitent ces partenaires potentiels ou avérés, ce groupe de travail ambitionne de pouvoir se nourrir des productions et échanges nés du contact avec ces instances extérieures, pour mieux les intégrer dans le quotidien des généralistes de la culture territoriale, mais aussi pour venir en appui des démarches qu’ils entreprennent à l’échelon national, dès lors qu’elles correspondent aux valeurs de Service public que portent la FNADAC et ses associations membres.

La maitrise de certains domaines de compétences et les appétences que peuvent avoir les participants à ce groupe de travail sur un domaine spécifique (musique, lecture publique, architecture), en lien étroit avec l’expertise que peut leur apporter le collège des personnalités qualifiées, favorisent la compréhension de sujets parfois techniques et la qualité de contribution que la fédération peut apporter aux organisations demandeuses.

 

 

Mécénat et financements privés

Louis Peretti​ (Mandataire stratégique)

Louis Peretti

Stéphane Barré (Personnalité qualifiée)

Stéphane Barré, fondateur de Stéphane Barré Conseil

La France dispose aujourd’hui d’un cadre fiscal très incitatif en matière de mécénat des entreprises. Dans le même temps, la loi Pacte adoptée en 2019, invite les entreprises à se poser la question de leur « raison d’être » et de leur « mission » à travers la responsabilité sociétale des entreprises (RSE). Le mécénat et le parrainage sont des outils adaptés pour répondre à ses enjeux et des opportunités pour les acteurs culturels. Dans ce contexte, les collectivités territoriales ont de plus en plus recours au mécénat au service d’actions d’intérêt général et sont incitées à développer des liens avec les entreprises dans le cadre de leur engagement sociétal. La force d’un partenariat se construit également autour d’une relation permanente et non ponctuelle avec les entreprises et une volonté commune de s’associer pour la promotion économique, sociale et culturelle de tout un territoire.

Par ailleurs, historiquement, le lien entre culture, arts et monde du travail a mobilisé de nombreux acteurs du champ social partant principalement de l’initiative syndicale. Ces dernières années, ce sont les entreprises elles-mêmes qui se trouvent sollicitées et mobilisées au travers particulièrement de la RSE qui les appellent à contribuer aux enjeux du développement durable.

Ainsi, des collectivités expérimentent l’apport des entreprises dans des stratégies de culture scientifique, technique et industrielle, dans des parcours de découverte culturelle dédiés aux salariés, dans des processus de création artistique en y croisant aussi des enjeux de mécénat territorial.

Ce groupe de travail ambitionne de faire converger ces deux réalités, en donnant à la FNADAC, à ses associations, et à leurs adhérents, les moyens d’expérimenter les bonnes pratiques de la recherche de fonds privés et les outils à leur disposition.

 

 

Diagnostic et propositions rénovation des bâtiments culturels

Romain Mericskay (délégué général)

Romain Mericskay délégué général de la FNADAC, Dac de Millau

Mireille Guignard (personnalité qualifiée)

Mireille Guignard, ex cheffe du service de l’architecture de la DRAC d’IdF, secrétaire générale adjointe MIQCP (mission interministérielle pour la qualité des constructions publiques)

Au lendemain du premier Conseil de planification écologique, l’Institut de l’économie pour le climat (I4CE) estime dans une note que l’adaptation aux conséquences du changement climatique nécessite une action coordonnée à l’échelle nationale et locale.

S’il est vrai que, depuis 2009, la France s’est engagée à réduire sa consommation d’énergie et son empreinte carbone de 40 % d’ici 2030, force est de constater que l’évolution de la surconsommation, des gaspillages, de la surexploitation des ressources naturelles ont généré une augmentation de la température de la planète de 0,7°. Or, le secteur de la culture génère de nombreux déplacements, consomme de l’énergie, de nombreuses ressources et participe ainsi à l’augmentation de l’effet de serre.

Le modèle culturel en place demanderait à être réinterrogé à l’aune de ces impacts et de l’urgence d’agir, tout en préservant son bénéfice sociétal majeur d’intéressement de tous les types de public. La communication par l’exemplarité permettrait de démontrer, de motiver, de donner envie de participer au plus grand nombre et coconstruire une manière de faire ensemble plus vertueuse. C’est une belle opportunité à saisir, à l’heure où de plus en plus de collectivités font le choix de s’engager dans des chantiers environnementaux.

En s’appuyant sur l’expertise de son partenaire l’agence primum non nocere, ce groupe de travail procèdera d’un diagnostic cartographié de la situation en France des équipements culturels publics pour proposer un protocole de manifestation d’intérêt permettant, à tous les acteurs publics réunis autour de l’État, de faire du secteur culturel un modèle de processus de rénovation des bâtiments.

Ce groupe a organisé un atelier “Engager la transition écologique des établissements culturels” lors du SITEM 2023 au Louvre.