Programmes des Assises 2022

Assises 2022 – 19 – 20 – 21 octobre 2022 à Sète (34)

Les Assises sont, depuis douze ans, le temps fort de la vie de la FNADAC. Elles se veulent un espace de dialogues et de réflexion d’excellence sur la profession ainsi que sur les politiques culturelles en France. Les conjonctures ont incité l’équipe de la FNADAC à laisser s’écouler trois années depuis la dernière édition à Rennes. Compte-tenu des enjeux qui s’annoncent, la FNADAC est très heureuse de proposer, à l’automne 2022, un nouveau rendez-vous pour les DACs et leurs partenaires. Les détails du programme viendront très bientôt.

De la transformation de la Culture à la culture de la transformation

La métamorphose des politiques culturelles à l’épreuve des transitions écologiques, des mutations  numériques et des transformations sociales.

La crise sanitaire que nous traversons nous a contraints à réinterroger nos relations sociales,  nos modèles de société. Cette crise est l’occasion d’une prise de conscience de la nécessité de changer  profondément nos usages et nos modes de vie pour faire face aux risques sanitaires,  environnementaux ou sociétaux liés aux inégalités montantes. Comme tous les secteurs d’activités, la  Culture doit engager sa transformation, réinventer ses modes de production, de diffusion. Dans ce  contexte de mutations profondes de nos sociétés, nous sommes convaincus du rôle essentiel de la  Culture pour renouveler les imaginaires collectifs, accompagner la compréhension des changements  en cours et des nouveaux enjeux qui s’imposent à nous. Il s’agit donc de construire une culture de la  transformation, accessible à tous, inclusive, émancipatrice et participative.

L’urgence climatique se précise à travers les rapports successifs du GIEC. Le dernier en date  rappelle qu’il n’est pas trop tard pour agir. Des chercheurs et des experts ont développé des approches  méthodologiques fondées sur la mesure de l’impact carbone de nos structures et de nos activités. Le chemin existe mais il nécessite de se former, d’être accompagnés. Au-delà des aspects techniques et  méthodologiques, nous n’entrerons en transition écologique que de manière collective. Pour avoir un  impact systémique, la transformation doit se faire en profondeur. En agissant sur le sensible et le  symbolique, en renouvelant les imaginaires collectifs, l’art et la culture sont nos principaux atouts pour  changer durablement notre rapport à l’environnement, au vivant. La nécessaire transition écologique  qui implique une mutation profonde de nos pratiques professionnelles constitue peut-être aussi un  formidable outil pour fédérer les acteurs culturels d’un territoire et agir de manière transversale avec  les autres politiques publiques.

Quelles sont les ressources et partenaires que nous pouvons mobiliser pour engager ce  chantier ? Pourrions-nous partager les démarches innovantes qu’expérimentent déjà certains de nos  collègues sur divers territoires afin de multiplier les inspirations et de modéliser les bonnes pratiques ?  À l’heure où l’on identifie la question des transports comme un levier majeur de la réduction de  l’impact carbone, peut-être devrions-nous réinterroger certains objectifs de nos politiques culturelles  à l’aune de l’équilibre entre attractivité et habitabilité ?

Les mutations numériques de notre société s’apparentent à une révolution anthropologique  par l’impact qu’elles ont sur nos moyens d’expression, nos relations sociales, notre organisation du  travail, nos modes de vie au sens large. Si cette révolution constitue une formidable opportunité  d’accès aux savoirs, aux arts, au patrimoine, si par sa dimension horizontale elle permet une forme  d’égalité entre les pratiques culturelles savantes et populaires, elle s’accompagne aussi de nouvelles  formes d’exclusions, de replis, d’usages nocifs. Dans ce creuset se développe aussi une culture des  communs créatifs, du code source ouvert, des données libres et accessibles. Reposant sur la participation et la contribution désintéressées, ces démarches concourent d’autant plus à l’intérêt  général qu’elles sont respectueuses de la vie privée et de la protection des données personnelles.  Dans le cadre souvent compliqué de nos administrations territoriales, comment développer  une culture numérique au sein de nos équipements et de nos équipes ? Dans un contexte financier  extrêmement contraint, comment développer une nouvelle politique culturelle accompagnant  l’ensemble des habitants de manière inclusive dans l’appropriation des usages et ressources  numériques ? Quels nouveaux modes de coopération construire avec les acteurs du numérique et les  médias indépendants ?

Parallèlement à l’inquiétante baisse de la participation aux différents scrutins électoraux  émerge la demande d’un renouvellement de notre démocratie locale en intégrant la participation  citoyenne. La démocratie participative doit s’accompagner du plein exercice des droits culturels pour  garantir l’accès et la reconnaissance de chacun dans ce processus. Plus largement c’est la question de  la coopération et de la gouvernance partagée qui nous est posée par les indépendants et les acteurs  de l’économie sociale et solidaire. Dans le même temps, la légitime aspiration à une véritable égalité  entre hommes et femmes nécessite que nous nous engagions pleinement dans un questionnement et  un changement profond de nos habitus. Ces enjeux majeurs de transformation sociale réinterrogent  en profondeur nos paradigmes, nos modes de gouvernance, nos structures de légitimité souvent  fondés sur l’expertise et des modèles hiérarchisés.

Comment transformer nos pratiques professionnelles pour mieux intégrer les acteurs locaux  et les habitants au développement d’un projet culturel de territoire partagé ? Quels sont les outils  d’intelligence collective et les innovations en matière de gouvernance que nous pouvons mettre en œuvre dans nos territoires ? Comment faire connaître, analyser et transposer les expérimentations artistiques et sociales qui sont à l’œuvre dans différentes collectivités ? Comment faire reconnaître la  dimension culturelle des politiques d’aménagement et de développement local ?

Les professionnels de la culture ont un rôle déterminant à jouer pour favoriser l’émergence de  nouveaux modèles de coopération locale, du plein exercice des droits culturels et de la décarbonisation  de notre secteur d’activité. Cette conviction nous engage à des transformations profondes de nos  métiers. Pour réussir cette métamorphose nous devons mutualiser les savoirs, les ressources et les  expériences, nous devons nous appuyer sur la force de notre réseau.

Les directrices et directeurs de la culture souhaitent contribuer activement à la transformation  des politiques culturelles en favorisant les échanges, le partage d’expériences et de réflexions, la  recherche de solutions collectives pour accompagner l’évolution des pratiques professionnelles des  acteurs de la Culture. C’est dans ce contexte que les associations de directrices et directeurs de la culture réunies en fédération organisent leurs prochaines Assises nationales du 19 au 21 octobre 2022 à Sète.

Afin de mettre en pratique l’approche collaborative transversale que nous appelions de nos  vœux lors des dernières Assises organisées à Rennes en 2019, la FNADAC a décidé d’élargir son comité  de pilotage en associant à nos partenaires historiques de l’Observatoire des Politiques Culturelles (OPC) et du CNFPT, la Fédération Arts Vivants et Départements (FAVD), l’Union fédérale d’intervention  des structures culturelles (UFISC), la Fédération nationale des collectivités pour la Culture (FNCC) et l’association des Maires de France (AMF). La FNADAC est avant tout une fédération, c’est donc sur la  diversité et la dynamique de ses associations membres qu’elle s’appuie pour construire le programme de ses Assises nationales.

Cette approche collective nous permettra d’élaborer un programme de rencontres favorisant les coopérations entre acteurs, la mutualisation des ressources, l’échange d’expériences et de  solutions concrètes adaptées aux grands enjeux de la transformation.

Télécharger le Verbatim au format PDF

 

 

Les attentes des DAC

Le programme de ces 6èmes Assises est en cours d’élaboration grâce au travail du comité de pilotage et de toutes les associations membres de la FNADAC. Afin d’adapter les thématiques aux attentes des DAC, l’équipe de la FNADAC a mené une enquête auprès de 125 DAC. Les résultats sont là. Ils vous donneront une première idée de ce que vous pourrez retrouver à Sète en octobre prochain.

Téléchargez les résultats de l’enquêtes en PDF

 

 

Informations et inscriptions

Afin d’être sûr de ne pas manquer toutes les informations, n’hésitez pas à vous inscrire à notre page Facebook, LinkedIn et Twitter

Mis en orbite par iouston | Avec la complicité de Yann Cartaut